L’HISTOIRE DU SPARADRAP

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

1845 : DRS. HORACE Harrell Day et William H. Shecut reçoivent le brevet n° 3 965 pour un pansement médicamenteux adhésif, c’est-à-dire un pansement qui colle tout seul.

Samuel Gross avait rapporté l’utilisation de pansements adhésifs médicamenteux dans un journal médical de Philadelphie en 1830. L’innovation de Day et Shecut consistait à dissoudre le caoutchouc dans un solvant, puis à le peindre sur du tissu. Après avoir obtenu un brevet pour le procédé amélioré, ils ont vendu les droits au Dr Thomas Allcock, qui l’a vendu sous le nom de Allcock’s Porous Plaster.

Le Dr John Maynard a avancé l’idée en 1848. Son plâtre impliquait de prélever un fluide dérivé du coton gun (nitrocellulose explosive hautement nitrée) dissous dans de l’éther sulfurique (ordinaire, l’éther diéthylique dans le langage moderne) et de le brosser sur la peau. Ensuite, vous l’avez recouvert de bandes de coton. Pas vraiment pratique ou portable.

Robert Wood Johnson et George J. Seabury ont proposé une amélioration en 1874 qui durera plus d’un siècle. Ils ont développé un pansement adhésif médicamenteux à base de caoutchouc. Johnson a quitté Seabury et a établi un partenariat en 1885 avec ses propres frères. Cette société est devenue Johnson & Johnson.

L’usine des frères Johnson au Nouveau-Brunswick, dans le New Jersey, expédiait des pansements chirurgicaux antiseptiques aux médecins et aux hôpitaux. Les pansements étaient faits de coton et de gaze et étaient emballés individuellement. L’entreprise a rapidement mis au point une technique pour stériliser les bandages, qu’elle a également appliquée aux sutures de catgut pour la chirurgie.

Ce n’est qu’en 1920 que J&J crée son produit le plus célèbre. Earle Dickson, un employé de jeunes mariés, voulait un pansement simple pour sa femme klutzy, qui souffrait de nombreuses coupures et brûlures dans la cuisine. Dickson a pré-assemblé des patchs de gaze sur du ruban adhésif pour elle. Il a montré l’idée à son employeur, et bientôt l’entreprise a commercialisé le pansement à l’usage des consommateurs.

 

Source : Everybody’s Business (Moskowitz, Levering et Katz), The People’s Almanac (Wallechinsky & Wallace)

[/vc_column_text][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Main Menu